Textes, poésie et articles de presse

Paru en avril 2018 dans Le Petit Journal de la Culture de Billom Communauté

 

Paru le 12 décembre 2017 dans le journal le Dauphiné

 

Paru le 9 novembre 2017 dans le journal La Montagne  

 

Texte d’ Agnès après avoir vu Silence, ainsi que plusieurs performances danse et guitare de Steve & Tristan

C’est n’ importe où, sable nu. C’ est n’ importe quand, c’ est tout le temps et c’ est jamais.      Un debout immobile, qui fait quoi ? Seul au milieu de rien.                                                                        Où les brindilles pour la vie et pour la soif ? Sous les doigts de Tristan, la guitare cherche.    Amorces lentes, étincelles, crépitement, engagement, rythme. Le sort est jeté.                              Attrapé, Steve se met en mouvement sous le feu des éclairs, sur la ligne de haute tension.    Danger, temps menaçant. S’ échapper mais l’ orage gronde. Fuite, tomber, s’ abîmer. Reprendre le tourbillon, assommé, mais pas dupe. Se relever pour se faire de nouveau foudroyer. Alors ramper aplati pour sauver sa peau, visage fixe, yeux ouverts dans le vent de sable et de feu.                                                                                                                                                                     Tu peux bien tenter de ruser, pas d’ issue. La tension tenue par la guitare, le grondement de l’ orage, les éclairs, le feu des sons, c’ est le temps de la vie, tension sur la nuit.                           Danser dessus, tourner dessous, traversé par le jeu avec le feu. Risques, ruse, bascule, se faire soulever par le vent du désert, puis lâché, rebondir et exploser en poussières d’ étoile.                                                                                                                                                                                              Incandescente corde du temps, qui emmène tout, même la tempête et le vent. Brûlant, feu fugace, comme la vie.

 

Textes d’ Agnès Belly-Cognée (tiré de son recueil : La Peau du Hasard) inspiré du spectacle de Tristan : La traversée du vide

là haut                                                                                                                                                                                           s’ imprime un soleil bleu                                                                                                                                                   s’ accroche le point d’ orgue                                                                                                                                           de l’ ultime soupir

 

ce soir                                                                                                                                                                                           un lotus noir                                                                                                                                                                             s’ est implanté                                                                                                                                                                         dans la plaine de mes yeux

 

l’ estuaire de ses racines a plongé                                                                                                                             dans la nuit de mon épine dorsale                                                                                                                              le sommeil a découvert  ses rives                                                                                                                                j’ ai vu les constellations                                                                                                                                                    un rêve a transpercé mes paupières

 

mon dernier soupir                                                                                                                                                             en apnée                                                                                                                                                                                   sous les mers gelées des pôles

 

Textes d’ Agnès Belly Cognée (tiré de son recueil : La Peau du Hasard) inspiré du  concert/spectacle Des rives de Tristan  & Steve 

Chair en faucille                                                                                                                                                                     scarifiant le temps                                                                                                                                                                 tu invoques la lune                                                                                                                                                               en déchirant le ciel

 

Morsure du réel sur le calque                                                                                                                                         de ton épiderme                                                                                                                                                                     Dans la salle d’ attente de la vie                                                                                                                                     tu attends la dernière virgule                                                                                                                                         celle                                                                                                                                                                                               où tu devras                                                                                                                                                                             donner ton souffle aux étoiles

 

Quelque part                                                                                                                                                                           un enfant                                                                                                                                                                                   pleure un mort                                                                                                                                                                       Pendant ce temps                                                                                                                                                                 il est vivant                                                                                                                                                                                 il ouvre ses yeux de sable                                                                                                                                                 promet de rester vivant                                                                                                                                                     devant ses dieux                                                                                                                                                                     L’ enfant deviendra la guitare                                                                                                                                         à l’ ombre des ailes                                                                                                                                                               de l’ oiseau dansant