Poésie

Le Sang de la Lune

( Recueil de poésie publié en novembre 2014 aux éditions Edilivre )

 

Quatrième de couverture :  

 « Je n’ai pas l’habitude qu’on me tienne par la main et, pourtant, je me suis laissé faire. »

   Steve Lô est un drôle de conteur, conteur de rêves. Chez lui on se promène comme en voyage, quand, au milieu des autochtones, on se sent chez soi. C’est fou comme ce pays est étrange, tout ici m’est étranger et plus je m’y balade, plus je m’y sens chez moi. Je marche près d’une rivière, j’aime à perdre l’être, puis je me sens mourir à force d’être un autre, petit à petit et de plus en plus … je me rencontre et je me prends pour moi.

   Ouvrez ce livre comme la porte d’un monde inconnu et si ‘’Je est un autre’’, ‘’le jardin reste ouvert pour ceux qui l’on aimé’’. »

 

626430_LCL_C14 (1)

En vente (11 euros) aux éditions Edilivre, Fnac, Amazone . . .

                                                                                                                                                                                                                 Poème extrait du recueil :                                                                                                                                                    

Alors que je dévalais cette montagne                                                                                                                        _ Mes os éclatants de rire,                                                                                                                                                les jambes au quatre coin du monde,                                                                                                                        le cerveau comme un flocon flottant dans l’océan _                                                                                           je pris la fuite et me cachai dans un placard.

Tu piétinas les chrysanthèmes sur ma tombe                                                                                                      et tiras l’enfant par la langue                                                                                                                                          pour lui montrer dans l’eau : les ondes,                                                                                                                   les billes de terre et autres choses multicolores.

Mon regard vert-marron,                                                                                                                                                  de ses pépites remplies de larmes                                                                                                                              drague le ciel de sa lumière.                                                                                                                                            Pétillant de vie, dans la pente                                                                                                                                         je me remis à dévaler                                                                                                                                                          de l’aube à la brune . . .

 

Spirales

( recueil de poésie publié en octobre 2017 aux éditions Brumerge )

 

Quatrième de couverture :

   “Le parcours singulier de Steve Lô se nourrit avant tout de son lien viscéral avec la nature ; après avoir exercé les métiers d’ Accompagnateur Moyenne Montagne, berger, maraîcher et paysan-boulanger, il se consacre depuis 2013 (année où il fonda la Cie la Méduse) à la danse, la chorégraphie, la voix, le piano, la musique et la poésie. Son besoin de rencontre et de partage s’incarne au sein de spectacles, performances et concerts où se côtoient et se mêlent danse, musique et poésie.

   Organique . . . Éphémère . . . Neige de ciel . . . Sang de la terre . . . La poésie de Steve Lô est une bougie qui danse sur l’autel de La Vie, la célébration du changement, des métamorphoses.

   Paysages de l’Intérieur où lumière et ténèbres s’unissent … Vagues d’émois qui se déhanchent de l’aube au crépuscule … Torrents de lave et de tendresse dans le lit de l’existence … Source vitale qui s’infiltre dans le silence du cœur sensible ; les mots sont des notes de musique, des gouttes d’ eau qui me distillent.”

               

   Première et quatrième de couverture de Spirales                                                                                                                                                                      

                      Poème extrait du recueil :

                                                                                                                                                                                                          Deux ombres s’agitent                                                                                                                                                        Lentement se rencontrent

L’abeille butine                                                                                                                                                                        L’orage qui gronde                                                                                                                                                                L’éphémère suspendu                                                                                                                                                        Au lien qui se tisse

La foudre déploie                                                                                                                                                                   L’éternel délice